• Post author:
  • Post category:Organisation
  • Reading time:12 mins read

L’Amour aux temps du Coronavirus : la transformation du mariage

mariage coronavirus covid blog mariage conseils
Credit Photo : Rémi Charrière

 

Pour toute information fiable et actualisée pour ton mariage concernant le covid-19, je te recommande de consulter le site officiel d’info Coronavirus.

Le 29 octobre 2020, le couperet est tombé : les fêtes de mariage sont interdites jusqu’à nouvel ordre. Tout au plus, on pourra se marier à la mairie et à l’église, entouré de quelques proches. La nouvelle a été dure pour les amoureux, qui vivent cette année une situation extrêmement difficile. Mariages reportés voire simplement annulés, argent perdu, sans compter les professionnels de l’industrie, qui connaissent une crise grave… dans un pareil contexte, facile de désespérer !

Mais il y a de bonnes raisons de rester optimiste. Face à la crise du coronavirus, les couples s’adaptent, et le mariage se réinvente. Les humains, après tout, sont pleins de ressources ! Comment évoluent les noces en période de pandémie mondiale ? Quelles sont les dernières tendances en amour ? Faisons un tour d’horizon.

 

Mariage & Coronavirus : la situation actuelle

Cet été, il était encore possible de se marier sous certaines conditions : rassemblements limités, port du masque et distanciation sociale. Selon les régions, les règles variaient ; mais en dehors des zones rouges, de nombreux couples ont pu célébrer leur amour avec un minimum de festivités.

Hélas, cet hiver s’annonce triste. D’après les dernières annonces du gouvernement, les cérémonies religieuses sont autorisées dans la limite de 6 personnes ; la fête est bannie jusqu’à nouvel ordre. Ceci inclut les rassemblements privés chez soi, qui n’étaient soumis à aucune régulation jusqu’ici. Fini les soirées entre amis et en famille ! Même les mariages en comité restreint, cette bouée de sauvetage, sont désormais hors de question.

Beaucoup de couples ont donc choisi de convoler à la mairie ou à l’église et reporter la fête à 2021. Pas très étonnant quand on connaît les affinités des Français pour la bringue. D’ailleurs, 37 % d’entre eux avouent se passer la bague au doigt pour cette raison : la cérémonie et la fête ! J’avoue que cela faisait partie de nos motivations quand on a décidé de se marier mon Ptit Lu et moi.

En cette période instable, la fête fait malheureusement grise mine. Mais c’est aussi l’occasion de revoir les normes. Le mariage évolue en permanence, et la pandémie du coronavirus est en train d’accélérer certaines tendances – pour le meilleur et pour le pire.

L’essor des mariages en petit comité

C’est une tendance qui ne cesse de se renforcer chaque année : le mariage intime, ou « microwedding » chez les Américains. Comme son nom l’indique, c’est un type de cérémonie sans chichis, avec une liste de convives très réduite (moins de 50 personnes). Seuls la famille et les amis proches sont invités.

Traditionnellement, le mariage est un évènement qui se célèbre en grande pompe. La bague de fiançailles à elle seule coûte 800 € en moyenne. Les couples français dépensent près de 11 000 € pour se marier, et 40 % dépassent leur budget mariage d’environ 4 000 €. La liste des invités ne compte généralement pas moins de 100 personnes (et peut facilement en atteindre 200 !). Le mariage, c’est l’amour mais aussi le faste, le champagne, les discours arrosés, un menu de haute gastronomie, et la fête jusqu’au petit matin.

De plus en plus de couples impactés par le coronavirus s’opposent à ce modèle pour choisir le micro-mariage. Les avantages sont nombreux : une cérémonie plus personnalisée, beaucoup moins coûteuse, et requérant beaucoup moins d’organisation. Sans oublier le coût environnemental, considérablement réduit.

 

Se défaire des normes sociales

Mais les injonctions sociales ont la vie dure. La sociologue Florence Maillochon, spécialiste du mariage, a remarqué quelque chose de très surprenant dans ses entrevues avec de jeunes couples mariés. Beaucoup d’entre eux avaient l’intention d’éviter un mariage fastueux pour organiser une réunion plus modeste, avec quelques proches. Mais la cérémonie finissait par être plus bien plus somptueuse que prévu. « Leurs rêves initiaux étaient des idées de fête qui serait très compatible avec la situation épidémique à l’heure actuelle : des fêtes très simples, avec les amis, un cercle très restreint, sur la plage » explique-t-elle.

La raison à ce décalage ? Les pressions sociales, familiales et économiques. Difficile, par exemple, de trier les invités sur le volet : beaucoup risquent de se sentir vexés. C’est pourquoi réaliser un mariage intime n’est pas toujours chose facile.

Jusqu’à la pandémie du coronavirus, qui est venue bousculer les normes établies du mariage. Circonstances obligent, les amoureux ont dû se marier en comité bien plus réduit que prévu, avec 30 personnes ou moins. Et – à leur grande surprise – ont finalement adoré. À travers le monde, la simplicité s’est imposée. Le Washington Post rapporte par exemple qu’aux États-Unis, la pandémie a donné lieu à un boom de micro-mariages dans les hôtels !

Et cette tendance ne peut que se renforcer. Car même après la levée des restrictions, le mariage intime restera l’option la plus sûre. Au point de détrôner les mariages en grande pompe ? À voir dans le temps…

 

Se dire oui par Zoom : le mariage du futur ?

C’était une évolution à prévoir. À l’heure où tout se digitalise, des réunions de travail aux cours universitaires en passant par les rendez-vous Tinder, il était inévitable que Zoom finisse par s’inviter aux noces.

Dès le mois de mars, les médias se faisaient l’écho de mariages virtuels prenant place un peu partout à travers le monde. Un couple d’Argentins, Diego Aspitia et Sofia Cuggino, ont été les premiers à tenter l’expérience. 400 invités ont assisté au mariage via les réseaux sociaux, et la cérémonie a été officiée par visioconférence par deux membres de leur communauté évangélique. Peu après, des magazines féminins comme Vogue commençaient à publier des guides pour « bien réussir son mariage digital ».

S’ils sont d’abord une solution de fortune, les mariages virtuels comptent plusieurs avantages : inviter les grands-parents, réduire les coûts et simplifier l’organisation. Légalement, la situation est ambiguë, mais les états comme New York et la Californie ont passé des lois pour autoriser les fiancés à obtenir des licences de mariage en ligne. Face à la pandémie du coronavirus, il ne serait pas étonnant que cette pratique du mariage digital se répande ailleurs.

La France n’en est pas encore là, mais les jeunes mariés font aussi usage de Zoom pour partager le moment avec leur famille étendue et leurs amis. Communiquer virtuellement par Internet et par texto est un moyen de retrouver un peu de chaleur, d’avoir le sentiment de retrouver sa communauté. À l’heure où les cérémonies se limitent physiquement à 6 personnes, ce petit réconfort virtuel est très précieux.

Cela étant dit, il est douteux que les mariages digitaux restent prisés après la pandémie. Rien ne remplace le contact humain, les embrassades et les fous rires. Mais pour l’instant, Zoom offre une alternative aux amoureux qui ne veulent pas attendre 2021. Merci la technologie !

 

Vers des noces personnalisées

Ce qu’on observe finalement ces dernières années sur les tendances mariage, c’est le désir croissant de personnalisation. Les mariages intimes relèvent de ce mouvement, mais il touche bien d’autres aspects.

Des faire-parts à la mode en passant par la décoration, les couples cherchent à faire de leurs noces un moment unique, reflétant leurs désirs et personnalités. Il est de plus en plus courant de s’adresser à un wedding planner pour organiser le mariage. Ce métier a émergé en France il y a dix ans, et la demande ne fait que croître : engager un wedding planner permet aux fiancés de confier l’organisation du jour J à quelqu’un qui connaît et respecte leur vision. Ce qui n’est malheureusement pas toujours le cas de la famille et des amis, même s’ils ont beaucoup de choses à dire sur la question !

Côté mode, la traditionnelle robe blanche se modernise : les robes blazer, robes deux pièces, voire même le pantalon pour celles qui souhaitent vraiment casser les codes. Moins de froufrous, plus de simplicité, les costumes deviennent eux aussi minimalistes. Et pour les plus éco-friendly, on se tourne même vers les robes d’occasion.

En parlant d’éco-friendly, impossible de ne pas mentionner la montée en puissance des mariages éco-responsables. Signe des temps, les mariés se préoccupent de plus en plus de leur impact environnemental. En incluant, par exemple, des repas locavores et véganes sur le menu. En favorisant les mariages intimes, la pandémie du coronavirus va certainement renforcer le mouvement : les mariages en comité restreint sont encore la meilleure façon de limiter le gaspillage !

 

Couples et confinement : de nombreux défis…

Un des effets du premier confinement a été de propulser de nombreux couples dans une situation de cohabitation H24 inédite. Pas seulement pour les jeunes tourtereaux inexpérimentés mais aussi pour les conjoints de longue date, qui ont généralement un travail et des activités en dehors du foyer. Les blagues n’ont pas tardé à fuser sur les réseaux sociaux, les plaisantins prédisant une augmentation des ruptures pendant le confinement.

Cynique ? Hélas, perspicace ! Le meilleur exemple est sans nul doute la Chine, qui faisait les gros titres dès le mois de mars pour… Une augmentation fulgurante du nombre de séparations. À l’issue de la quarantaine, de nombreuses demandes de divorce ont été déposées dans le Sichuan – au point de saturer les services administratifs.

Steve Li, avocat spécialisé dans les divorces à Shanghai, affirme que le nombre de ses dossiers a augmenté de 25 % depuis la mi-mars. « Plus ils passent de temps ensemble, plus ils se détestent » analyse-t-il. « Les gens ont besoin d’espace. Pas seulement pour les couples – cela s’applique à tout le monde. »

Oui, les gens ont besoin d’espace, même si la relation est très solide et épanouissante par ailleurs. Pendant le confinement, les couples se sont retrouvés à passer quasiment chaque moment ensemble : le partenaire est devenu la seule source de contact social et soutien émotionnel. Dans un tel contexte, les problèmes préexistants prennent plus d’ampleur, tandis que les « petits tics » qui dérangeaient vaguement deviennent insupportables. Ajoutons à cela le stress face à la pandémie, l’anxiété de perdre son travail, les enfants agités, l’ennui de rester chez soi…

Bref, on comprend que les conseillers conjugaux en Grande-Bretagne affirment se préparer à une augmentation des visites post-confinement !

 

… mais l’Amour triomphe, envers et contre tout !

Tout n’est pas perdu. Bonne nouvelle pour les Français : les dernières données en date peignent un tableau assez positif. D’après une étude Ifop commandé par Charles.co, deux tiers des couples estiment que le confinement n’aura pas eu d’impact sur leur relation ; 30 % estiment même que cette isolation forcée les a rapprochés. Bien sûr, tout n’est pas rose, puisque 4 % ont exprimé le désir de rompre. Cependant, les chiffres sont loin d’être aussi dramatiques qu’on aurait pu le craindre. Bon gré mal gré, l’amour triomphe – voire même se renforce, pour certains.

Ce n’est peut-être pas si étonnant : les crises graves sont aussi une occasion pour les humains de se remettre en question et se recentrer sur l’essentiel. En nous rappelant notre mortalité, elles peuvent nous faire réaliser que certains de nos griefs sont finalement assez insignifiants. Dans ce contexte, le partenaire amoureux apparaît plus précieux, les disputes plus frivoles. Comme le disait le sociologue Rémy Oudghiri sur France Inter : « C’est un moment que beaucoup de gens vont pouvoir utiliser pour réfléchir à ce qui compte vraiment pour eux, à ce qui est essentiel à leurs yeux, aujourd’hui. »

Loin de reculer, les mariages post-pandémie seront peut-être plus solides qu’autrefois. Adieu le cynisme, place à l’optimisme !

“Mariage covid, mariage solide”

C’est le nouveau leitmotiv des futurs mariés d’aujourd’hui. Et j’ai envie de rajouter : zen et décomplexé.

  • Zen : parce qu’après tout çà, les problèmes de météo, de plan de table et autres futilités des mariages antérieurs, çà sera du pipi de chat.
  • Décomplexé : l’occasion pour les jeunes couples d’affirmer encore plus leurs envies et braver les traditions du mariage.

 

Pour terminer, voici une infographie qui résume bien le mariage en France en 2020 :
de la rencontre à la lune de miel en passant par les motivations à se marier, le budget, les traditions, et les tendances.

infographie mariage rencontre budget motivation tendances lune de miel coronavirus

Et toi alors ? Dis-moi comment tu vis tout cela, ce confinement n°2 ? Ton mariage : micro wedding ou mariage avec tout le monde quitte à décaler la date à plus tard ? Quels sont tes choix, tes motivations, tes envies de mariage ? Raconte-moi tout ici en commentaire.

blog blogueuse coach mariage rosemat zen décomplexé

Blogueuse coach mariage

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.